Les aléas de la vie d’un chauffeur de trishaw…

 

Photo Marchés d’Asie

En 2012, pratiquement aucun conducteur de trishaw n’est propriétaire de son véhicule ; il le loue 700 Kyats par jour de son revenu (2010). De même, les tailleurs louent leur machine à coudre, les restaurants ambulants, leur voiturette…
Un trishaw doit aussi payer une licence quinze mille Kyats par an, sans laquelle il est à la merci d’un contrôle et d’une amende de 50 000 Kyats. En cas de crevaison, il dépensera 350 Kyats pour la réparation, 200 Kyats pour un café, 4 à 700 Kyats pour le bétel qui va l’aider à supporter la fatigue et, s’il faut changer une roue, 5000 Kyats pour la roue avant, 6 000 pour celle de l’arrière. Il lui faut aussi mettre de côté le loyer de la maison, 50 Kyats pour entrer dans la gare routière s’il y amène un client….

Pour nourrir une famille de quatre personnes, deux parents et deux enfants, 2500 Kyats minimum sont nécessaires par jour en 2008 et près de 3000 Kyats par jour en 2012. Deux mille trishaws circulent à Mandalay… La concurrence est dure ! Les faire travailler, à un prix correct est un service à leur rendre.