Batteur d’or, un métier d’homme !

Batteur d'or. Photo Marchés d'Asie.

Batteur d’or. Photo Marchés d’Asie.

En Birmanie, on trouve des feuilles d’or en vente dans presque toutes les pagodes. Appliquer des feuilles d’or sur une statue est un geste méritoire susceptible de générer un meilleur karma, dans une prochaine vie. Cet artisanat est important à Mandalay où se trouvent les principaux ateliers de fabrication des feuilles d’or qui sont ensuite exportées dans le monde entier.


Pour faire une feuille d’or,
Prendre un doigt d’or de 80 grammes.
Le faire passer entre 2 rouleaux afin d’avoir un mince ruban de 6 pieds.
Le couper ensuite en 400 morceaux posés chacun sur une feuille de papier bambou.
Placer la pile de feuille dans l’étui en cuir.
Frapper le tas empilé, régulièrement et de toutes ses forces, pendant des heures.
Couper chaque feuille en 4, frapper encore et recouper, jusqu’à avoir 1 200 feuilles.

Puis, dans un atelier hermétiquement fermé à tout courant d’air, 4 femmes travaillent avec une spatule en corne de buffle, à rectifier la surface des feuilles d’or, faisant un carré parfait de quelques centimètres, posé sur un papier de bambou.

Les feuilles s’exportent, en Asie et dans le monde entier et servent en Birmanie à couvrir régulièrement les dômes des pagodes. Seuls les hommes peuvent coller eux-mêmes les feuilles, et c’est un acte méritoire, qui leur assure une prochaine vie meilleure.