Un voyage hors piste

English version below

Plus de 35 voyages jusqu’ax frontières nous permettent de vous donner de bonnes adresses et des idées d’excursions pour préparer votre voyage ;vous trouverez par destination :
– un carnet de voyage routard et fauntaisiste,
– des « notes », courts articles pour comprendre,
– des adresses, souvent peu fréquentées
– des excursions hors guides.

Les adresses que nous indiquons sont régulièrement testées, les excursions faites.  Certaines excursions décrites dans les guides ne valent pas  ou plus le coup et  certains restaurants devraient figurer dans les guides, à la place d’autres…Lâchez vos guides ! Depuis 2012, de nombreux hôtels ou guest-houses ont ouvert. Malgré tout, en haute saison touristique, entre novembre et février, il peut être très difficile de se loger à certains endroits.

Quelques images pour rêver déjà, tournées par Romain Baudéan.
http://dai.ly/x195braun trishaw (élotaxi),

Un voyage éuitable et solidaire stun voyage qui prfitera égaement au touriste et aux personnes rencontrées.  Prendre un guide local, un  trishaw, et les rémunérer convenablement procurera un revenu qui bénéficiera à toute une famille. Acheter sur les marchés pu les ateliers au lieu des magasins d’état donnera aux plus précaires.  Ne pas tirer les prix outre mesure, discuter avec les personnes rencontrées vous permettra de faire un voyage équitable et riche en rencontres.

Bus ou avion, il faut choisir ! Bus et bateaux sont les moyens de transports les plus utilisés par les Birmans. Depuis 2010, fini les vieux bus pourris. Ils partent à l’heure, s’arrêtent pour les repas. Par-dessus tout, ils sont un excellent moyen de rencontrer des Birmans.

Partir seul ou prendre un guide ? Partout où c’est possible, la meilleure solution est de prendre un guide local : chauffeur de trishaw, personne rencontrée, propriétaire d’une moto ou autre véhicule… Le prix se négocie selon la difficulté d’accès, le temps passé. Prendre un guide, c’est donner un salaire et valoriser une personne ; c’est aussi l’assurance de ne rien manquer.

Quelques nouveautés pour circuler, gagner du temps … il n’est plus obligatoire de payer les hébergements en dollars. Les hôtels préfèrent les Kyats.
Les grandes villes sont toutes équipées de distributeurs de billets. Hors des sentiers battus il vaut mieux avoir ce qu’il faut.

A trip off tracks !

More than 35 trips to the borders allow us to give you good addresses and ideas for excursions.

To prepare your trip, you will find by destination:- a backpacker travel diary,  « notes », short articles to understand,- addresses,  rarely frequented- excursions outside guides.

The addresses we indicate are regularly tested, the excursions made.  Some tours described in the guides are not worth it or more and some restaurants should be included in the guides, instead of others… Since 2012, many hotels and guest houses have opened. However, in high tourist season, between November and February, it’s better to book.

Some images to dream  shot by Romain Baudéan.
http://dai.ly/x195braun trishaw (élotaxi),

A fair and supportive trip should be positive for tourists and local people .  Taking a local guide, a trishaw, and paying them properly will provide an income that will benefit an entire family. Buying  in workshops or on the markets instead of state shops will give income to the most precarious.  Do not discuss too much the prices. 

Bus or plane, you have to choose! 
Buses and boats are the means of transport most used by the Burmese. Since 2010, no more dirty old buses. They leave on time, stop for meals. Above all, they are a great way to meet Burmese people.

Go alone or take a guide?  
Wherever possible, the best solution is to take a local guide: a trishaw driver, someone you meet, a motorcycle owner or another vehicle. The price is negotiated according to the difficulty of access, the time spent. Taking a guide means giving an income ; it is also the assurance of not missing anything.