Pathein, la ville des ombrelles

Le ferry. Photo Marchés d'Asie.

Le ferry. Photo C. Dutilleul

Pathein :
Taan Taan Ta guest-house, un peu décrépie mais sympathique. Le patron organise le transfert en moto sur Ngwe Saung à toute heure, ce qui permet d’éviter l’attente du bus. Une maison de thé tout près de la boulangerie et de la guest-house permet de prendre le petit déjeuner (ouverture 7 heures).
Musée près du marché intéressant.
De Pathein, deux plages sont facilement accessibles : Chaungtha, la plage des Birmans aisés. Je préfère Ngwe Saung.

La plage de Ngwe Saung est un grand chantier. Un grand nombre d’hôtels chics sont disponibles, il est probable que le seul hôtel proposant des chambres en-dessous de 25 euros aura disparu en 2014. La plupart des autres hôtels sont de catégorie supérieure et appartiennent tous aux quelques privilégiés de l’ex-régime militaire qui tiennent actuellement l’économie du pays.

Ballades à faire dans les villages de pêcheurs, au Sud, comme au Nord, en taxi moto à choisir dans la rue des restaurants.

Le camp des éléphants, à une heure de voiture ou moto de Ngwe Saung appartient au gouvernement mais il est géré par Tay Za, un des hommes d’affaires privilégiés du gouvernement et une des plus grosses fortunes du pays.

Pour en savoir plus :

• L’enjeu du foncier
• L
es privilégiés
• La parole aux précaires
• Revenus et salaires insuffisants
• Les priorités du gouvernement
• Chronologie de la Birmanie