Putao, Mytkyna, Indawgyi, Bhamo, Shwegu

 

L’Irrawaddy  Photo C. Dutilleul

Mytkyna :

Il est facile de rejoindre Mtkina de Mandalay, en train (long et épuisant) ou en bateau, long aussi mais agréable avec un peu de matériel (sac de couchage, matelas). Il est aussi possible de faire le trajet en bus.

Logement : le plus sympa, la guest house YMCA. Il y a aussi plusieurs hôtels.
Pour un verre, un lassi… le Nylon Ice-cream, même maison qu’à Mandalay et les gargottes sur la jetty, Plusieurs maisons de thé et un restaurant Népalais près du passage à niveau.
Les boutiques du marché qui proposent des tissages Kachin, des objets en jade.

A Mytkina, avec moto et guide, vous pourrez aller à Mytsone, confluence de la Mali et de la N’Mai ; c’est aussi, à 3 km seulement, le site de projet  d’un des plus gros barrages du monde dont l’électricité est destinée à la Chine. Suite aux protestations internationales, le projet décidé en secret par la junte est aujourd’hui suspendu.

De Mytkina, soit en prenant le train, soit un taxi collectif, il est possible d’aller à Hupin puis de rejoindre le lac Indawgyi, dans la forêt. Au lac, plus de voitures, tout se fait à dos d’éléphants ! Plus loin, dans la forêt, se trouve la mine de jade de Pakhant, un vrai désastre écologique. Les touristes ne sont pas autorisés à accéder à la mine. De Hupin, il faut compter plus de trois heures pour rejoindre le lac. Une fois sur place, une guest-house du gouvernement sera probablement le seul choix. Les guest-houses privées sont accessibles de façon aléatoire.

Photo C. Dutilleul

Bahmo :

Rejoindre Bhamo se fait en bus ou en bateau.
Logement : Friendship hôtel, petit déjeuner au 6e étage, gargantuesque : indien, chinois, birman…
Diner de beignets de légumes et d’un lassi au coin de la rue sur le rond-point. 
Ballade le long du fleuve et thé dans une des gargottes sur la rive.

Excursions : A Bhamo, louez une cariole à cheval ou une moto et allez voir la ville ancienne, à une dizaine de kilomètres. Il est aussi possible d’aller voir le camp des éléphants ou de faire un treck sur le bord du fleuve en saison sèche.

A Mytkina, avec moto et guide, vous pourrez aller à Mytsone, confluence de la Mali et de la N’Mai ; c’est aussi, à 3 km seulement, le site de projet  d’un des plus gros barrages du monde dont l’électricité est destinée à la Chine. Suite aux protestations internationales, le projet décidé en secret par la junte est aujourd’hui suspendu.

De Mytkina, soit en prenant le train, soit un taxi collectif, il est possible d’aller à Hupin puis de rejoindre le lac Indawgyi, dans la forêt. Au lac, plus de voitures, tout se fait à dos d’éléphants ! Plus loin, dans la forêt, se trouve la mine de jade de Pakhant, un vrai désastre écologique. Les touristes ne sont pas autorisés à accéder à la mine. De Hupin, il faut compter plus de trois heures pour rejoindre le lac. Une fois sur place, une guest-house du gouvernement sera probablement le seul choix. Les guest-houses privées sont accessibles de façon aléatoire.

Putao, au pied des montagnes enneigées

La conservation des pamplemousses

Photo C. Dutilleul

Depuis quelques années, aller à Putao nécessite de passer par une agence de voyage… pour un prix exhorbitant !

Une fois sortis de Putao, il faut emporter toute l’eau et la nourriture nécéssaire au treck, avoir un guide et un porteur par personne pour trois jours de marche. A plus de 4 jours de marche, il faut aussi des vêtements chauds et prévoir des chaussures pour la neige.

Mais si vous avez les moyens, Putao reste une destination d’exception. Les paysages, la nature, les groupes ethniques… tout vous éme,rveillera. Vous n’aurez pas le choix de logements ni de restaurants puisque vous dépendez d’un guide raison pour laquelle nous ne vous donnons pas d’adresses. 

Pour en savoir plus :

• Le travail forcé
• Le jade et les pierres précieuses
• Projets en cours
• Les groupes ethniques

• La Birmanie, théâtre de la Seconde guerre mondiale
• L’ennemi fantôme