Mrauk U

Photo Marchés d'Asie.

Photo Marchés d’Asie.

Mrauk U (prononcé Miaa-ou), où nous arrivons dans l’après-midi est une petite ville du bout du monde où seules circulent quelques jeeps amorties et des carrioles tirées par des boeufs. Ici, on marche, et pour les distractions, on peut aller dans une maison de projection regarder une vidéo. Mais pour aujourd’hui, la fête bat son plein, et l’eau ne manque pas, pompée dans le fleuve ! La guest house a le nom de Pleasant Island.

Bateau gouvernemental pour Mrauk U 10 $ ; départ 7 heures le matin, arrivée 11 heures,
Guest house juste après le pont, à 500 m du débarcadère, juste ouverte en janvier 2015 : Kyaw Soe,  Min Street , 15 $ la double, propre, bonne literie, pas de petit déjeuner. Electricité à partir de 18 heures. Bon choix.
Tea house en direction du marché, de l’autre côté de la rue. Brioches et bouchées vapeur excellentes, 300 et 150 K.
Shwe Pyay Rakhine, Golden star guest-house, Min  Bar Gree road, 15 c$ la double avec petit déjeuner, sur le chemin des temples, calme.
Plusieurs restaurants dans la rue principale, Myawaddy,  le meilleur choix.

Possibilité de rejoindre Mandalay en bus, 30 $, départ 10 heures du matin. Pour Bagan, même bus, descente à  Magwe et changement. Magwe, arrivée 11 heures du soir. Contrôle à Ann Pass.

Ballade à Vesali en tuk tuk, 10 000 K la demi-journée. Visite du village Thet , tout près de Shittaung. Ici, on plante le riz ou bien on vit de petits boulots. Le monsieur que j’interroge travaille dans la construction et gagne 2 500 K par jour, rien s’il n’y a pas de travail. Les graines sont bienvenues, on fera un compost et on gardera les graines pour l’an prochain.

Photo Marchés d'Asie.

Photo Marchés d’Asie.

La route de Vésali est en cours de réfection ; tout le monde casse des cailloux ! Un tas de pierres, d’environ 1,5 m3, qui prendra entre 2 et 3 jours pour les casser, sera payé 8 000 K. Les jeunes filles interrogées hier en ville  disaient ne pas être payées. Yoma Land construction refait la route entre Khotaung paya et Shittaung Paya, les jeunes filles qui travaillent entre 7 et 17heures à casser les cailloux, les porter… ne savent pas combien elles toucheront à la journée.

Les ruines de Vesali. Photo Marchés d'Asie.

Les ruines de Vesali. Photo Marchés d’Asie.

Nous partons le lendemain à Mahammuni, à 40 miles, soit 3 h 30 en bateau. Les forêts de raphias bordent le fleuve. A marée haute, l’eau de l’océan remonte jusqu’ici et se mêle à celle du fleuve. Nous faisons le retour en jeep pour voir les restes de Vesali ancienne capitale… guère plus qu’un mur partiellement effondré. Mais on me montre un beau Bouddha en pierre, d’un seul bloc et de style arakanais, les yeux fermés. Les Arakanais viennent ici en pèlerinage ; c’est là que le Bouddha, fondu, dit-on du vivant du Bouddha, a été enlevé lors de la conquête de l’Arakan en 1784 par le roi birman, et ramené à Mandalay. Depuis, une copie a pris la place du Bouddha emporté. Une voiture à cheval nous prend à six heures, le matin, et nous emmène au petit trot sur les berges de la Lay Myo.

Le transport des bambous. Photo Marchés d'Asie.

Le transport des bambous. Photo Marchés d’Asie.

Près du fleuve, des enfants en vacances jouent sous le regard d’une grand-mère fumant la pipe. Nous montons dans une longue barque à fond plat, et partons vers le Nord. Le niveau de l’eau est bas. Il faut parfois descendre et pousser le bateau. Des bancs de petits poissons sautant ricochent sur l’eau dans une synchronisation parfaite. Nous passons le village de Kri Shaung puis arrivons à Kyoung Kyaw où le chef nous accueille et nous invite au bar. Une grande cruche de terre d’où pointent trois pailles, occupe le centre de la maison en bambou. Les femmes portent sur le visage le tatouage d’une grande toile d’araignée. La terrasse donne sur la rivière, en contrebas ; des radeaux de bambous, attachés entre eux en quinconce, attendent pour descendre avec le courant jusqu’au marché de Sittwe. Face au bar, un homme et son fils fabriquent de simples bracelets en métal.

J’achète quatre bracelets, et c’est tout le village qui déboule d’un coup pour suivre et commenter la transaction. Le chef nous tend un grand registre, priant les gens de passage de faire un don pour la construction d’une école.. C’est la seule construction en dur : ciment pour les murs,  bois et tôle pour le toit.  Dans ce village construit exclusivement en bambou, c’est l’école qui change le paysage ! Au retour, peu avant Mrauk U, nous nous arrêtons au temple de Koe Taung (1553). A l’intérieur de la base rectangulaire, des milliers de bouddhas ornent les murs et le plafond des galeries et j’imagine la splendeur de la région, il y a quatre siècles et demi.

Le jour du départ, je me lève au chant du coq et prend le sentier devant l’hôtel qui grimpe dans les collines ; chacune porte, à son sommet, un petit Bouddha. La marée commence à descendre, c’est l’heure du départ pour Sittwe. Nous croisons un vol de canard, et des dauphins. Le bateau nous arrête, le temps de visiter une pagode et un petit marché. C’est ici qu’autrefois, remontant vers Mrauk U se faisaient taxer les bateaux portugais remontant le fleuve. Partis à quatre heures, nous sommes à midi à Sittwe. La ville me paraît triste ; des enfants, nombreux, fouillent dans les poubelles, d’autres travaillant comme porteurs. L’hôtel View Point nous propose des chambres avec vue sur la mer pour trois mille kyats ! Il ne faut pas être trop regardant sur la propreté, fermer l’arrivée d’eau après chaque usage, mais c’est mieux que la Prince guest-house !

Onglet vide, Éditez la page pur ajouter du contenu ici