Cérémonies pour un enfant

 

 

Shinbyu. Photo Marchés d'Asie.

Shinbyu. Photo Marchés d’Asie.

Que de fêtes, pour un enfant ! Garçon ou fille, un enfant est fêté en Birmanie.

À la naissance, la sage-femme enterre le placenta, «petit jumeau» du bébé, près de l’entrée de la maison pour tromper les mauvais esprits, âmes errantes à la recherche d’un vivant, une personne vulnérable, vieille, malade ou un nouveau-né. C’est pour cela aussi qu’on donne alors un petit nom au bébé, un nom provisoire destiné à induire en erreur les mauvais esprits, «petit lapin», « chaton noir »… On fêtera encore le moment où le bébé quitte la couche de sa mère pour son berceau, puis celui de sa première bouchée de riz, à quelques jours seulement, et le premier lavage des cheveux.

À  3 mois environ, l’astrologue de la pagode, en fonction du jour de la naissance, va lui donner un nom. Si garçons et filles sont également bienvenus en Birmanie, avoir un fils sera l’occasion pour les parents d’organiser le shinbyu, cérémonie du passage au monastère de tout garçon bouddhiste pour quelques jours, quelques semaines, ou la vie.

Occasion de montrer leur attachement au bouddhisme, d’inviter leurs proches et de gagner ainsi du mérite pour une future vie, les parents consacrent à la fête entre 2 et 3 ans de revenus ; à l’image de Gautama qui quitta le confort de son palais et coupa ses cheveux, le jeune garçon sera conduit au monastère vêtu comme un prince, montant un cheval, suivi par tous les proches de la famille. Arrivé au monastère, on rasera sa tête et on lui montrera comment mettre la robe. Il restera au monastère le temps souhaité : une semaine, une lune ou toute sa vie, partant chaque matin quêter sa nourriture auprès de la population.

Le mariage, par contre, n’est plus ou moins qu’une formalité. Se marier, en birman, se dit « poser la main sur ». On partage un repas ensemble et le mariage est conclu. Et, si la famille n’est pas favorable à l’union, il reste au fiancé la possibilité d’enlever la fiancée et de vivre avec elle. Après quelque temps ou la venue du premier enfant, le mariage sera admis par tous.