L’armée

Bateau vers Mytkyna. Photo Marchés d'Asie.

Bateau vers Mytkyna. Photo Marchés d’Asie.

Une armée de 400 000 hommes, sans menace externe…

Si l’éducation et le système de santé étaient les « parents pauvres » du budget sous Than Shwe, la junte développa l’armée pour faire face à « l’ennemi intérieur ». Le nombre de soldats passa à environ 400 000 hommes : salaires et équipements amputèrent lourdement le budget de l’État.

L’armée birmane n’était pas pour autant suréquipée, mais le gouvernement en quasi faillite, fit de l’armement et de la lutte sa priorité ; le gouvernement n’ayant pas les moyens de payer correctement ses soldats, poussa à la corruption. L’équipement de l’armée Birmane comprenait chars d’assaut et véhicules de transports, batterie anti-aérienne et réseau de communication, 180 avions de combat, MIG 29 interceptors et F7 et 30 bâtiments de marine, pour la plupart importés de Chine, Yougoslavie, Pologne, Russie, Singapour et du Pakistan. Les dépenses militaires doublèrent, atteignant 45 % du budget certaines années. Ceci poussa également les armées ethniques à se renforcer.

L’armée élargit alors ses capacités industrielles et économiques, montant des joint-ventures dans les secteurs agricoles, les banques et l’industrie. Dans l’armée, s’engageaient les jeunes poussés par les familles qui pensaient pouvoir profiter des avantages engendrés par les promotions. Mais seuls les officiers supérieurs avaient des avantages, (cliniques et écoles, terrains, parts dans les entreprises appartenant à l’armée) alors que la solde des soldats de base restait insuffisante. Ils installèrent des barrages sur les routes et prélevèrent des taxes….Outre leur solde, les militaires aux plus hauts postes bénéficiaient d’avantages : terrains, matériaux de construction, parts dans les entreprises de l’armée, licences téléphoniques, royalties de sociétés. Par-dessus tout, le taux de change qui leur était réservé, de 6 Kyats pour 1 $ (au lieu de 1300 au marché noir en 2009), permettaient des profits gigantesques.

Si les simples soldats restent à la limite de la précarité, sans avoir le droit de quitter l’armée, les plus hauts responsables, se sont enrichis de façon considérable, par le biais de leurs familles qui bénéficiaient de partenariats lucratifs, souvent informels. L’enrichissement venait aussi des soldats de base, mis à contribution par leurs supérieurs.

 

L’actuelle constitution garde le pouvoir à l’armée : seul 4 ministres ne sont pas issus de l’armée. La constitution montre une contradiction entre l’affirmation d’un pas vers la démocratie et l’attribution aux militaires de 25 % des sièges au parlement et de 4 des plus importants ministères. Elle met le pouvoir exécutif dans les seules mains du National Défense and Security Council, conseil militaire sous la tutelle du Commandant en chef des services de renseignements qui peut déclarer l’état d’urgence, ne peut être poursuivi par la justice ni démis de ses fonctions par le Président, et nomme les 4 ministres militaires (Ministères de la Défense, des Affaires étrangères, de l’Intérieur et des frontières).

Enfin, la constitution garantit l’impunité à tous les militaires, y compris pour les périodes passées, laissant impunis les crimes commis par la junte.

A l’indépendance, l’armée de terre (Tatmadaw Gyi), disposait de 15 bataillons.

En 1955, l’armée comptait 32 bataillons,
En 1962, de 62 bataillons,
En 1972 de 105 bataillons,
En 1982 de 146 bataillons
et en 1989 de 178.
Peu à peu furent mis en place 9 commandements puis, en mars 1995, 11 Miitary Operation Command, puis 13 (1 bataillon comprend entre 700 et 812 soldats, les chiffres divergent).

L’Union of Myanmar Economic Holding Limited (UMEH) fut le premier holding créé après 1988 avec l’objectif de soutenir les retraités de l’armée et le personnel. Fin 2006, l’UMEH possédait encore 9 filiales et en avait liquidé 16 (dont London et Myanmar Beer), principalement en raison des sanctions économiques. Elle avait encore 7 sociétés affiliées et en avait liquidé 4. Pour exemple, l’UMEH recevait US$ 314 737 par an pour la location d’un terrain à  à la Myanmar Hwa Fu, US$ 30 700 par an de Myanmar Samgong Industrial (Corée), US$ 51 034 /an pour la location d’un terrain à Mamee Double Decker Ltd, US$ 38 485 /an de Myanmar Tokiwa Corporation (cosmétiques), US$ 18 000 /an de Myanmar Kurosawa (pierres précieuses), US$ 230 000 /an de Myanmar Kurosawa (pierres précieuses) ; ces sociétés payèrent en 2006-2007 au gouvernement US$ 3,4 millions d’impôts.

La Myamar Economic corporation : la MEC dépendant du Ministère de la défense, s’appuie sur  la loi de 1979 (State Owned Economic Enterprise Law) permettant au gouvernement de créer  des joint-ventures dans le domaine du teck, des plantations agricoles, de l’extraction du pétrole et du gaz, des perles, du jade, des pierres précieuses, de la pêche, des télécommunications, des transports, de la banque, des assurances, radio et télévision, extraction minière et de l’électricité, de la fabrication de produits manufacturés en lien avec la défense et la sécurité, avec l’objectif de mettre en place les activités économiques qui financeraient l’armée. L’activité la plus importante était l’assurance. Myanmar Insurance était la seule autorisée dans les pays. Les autres sociétés de l’armée : The Tatmadaw Garnment Factory à Mingaladon, la Waterproof Garnment Factory (Thamainget la Tatmadaw Shoe Factory (Indaing). En 2010, en plus de la fabrication des armes et des munitions, l’armée gèrait 9 sociétés fabriquant ballons de foot, médicaments ou commercialisant le thé. Le Directorate of Defense Services Intelligence gérait des restaurants et la publication de livres et de musique.

En 2004 fut décidée la fin de toutes les activités commerciales de l’armée et le démantèlement du DDSI. Sous la direction du Adjudant-General Office sont gérées deux entreprises : la supervision de Organizing Committee of the Myanmar War Veterans Organization (MWVO) qui possède 26 entreprises disséminées dans tout le pays (dont Shwe Inwa Job Agency, Shwe Inwa Busline, et la Tatmadaw Special Clinic. Si jusqu’en 1990, l’armée était financée par le budget de l’état, en raison de l’augmentation du budget de la défense, l’armée dut trouver d’autres financements.

(http://www.janes.com/products/janes/defence-security-report.aspx?ID=1065976924).