La structure de l’État Birman

L’Union de Birmanie est devenue République de l’Union de Birmanie (Myanmar) le 30 mars 2011.
L’armée (Tatmadaw) conserve un rôle très important, y compris dans l’économie.

La constitution de 2008 divise la Birmanie en
7 Régions (Sagaing, Taninthayi, Bago, Magway, Mandalay, Rangoun, Ayeyawady)
et 7 Etats (Kachin, Kayah, Kayin, Chin, Mon, Arakan, Shan).

La capitale Nay Pyi Taw, est directement administrée par le Président.
La constitution attribue aux militaires 25% des sièges dans chaque chambre, les autres sièges seuls sont soumis au vote sur la base des 330 cantons (townships) ; au total, la chambre basse compte 430 membres.
La chambre haute comprend 12 élus pour chacun des 14 états et régions soit 168 représentants. et la chambre haute 224.

Le pouvoir exécutif : le Président, à la fois à la tête de l’Etat et du gouvernement (pas de Premier ministre); il n’est pas le chef des armées. Il nomme le procureur général et les ministres, à l’exception des ministres de la défense, de l’intérieur et des frontières, choisis par le commandant-en-chef des forces armées. Le Président est également à la tête du Conseil National de Défense et de Sécurité (C.N.D.S.) composé de 11 membres dont 6 militaires. Il peut déclarer l’état d’urgence et assumer tous les pouvoirs avec le C.N.D.S ; il dirige la commission des finances qui entérine le budget national et le budget des gouvernements régionaux.
Le 10 mars 2016, les deux chambres choisiront le Président et les deux vice-présidents de Birmanie.

Chaque état et région possède son propre gouvernement dont le nombre de ministres est arrêté à 9 et nommé et présidé par un chief minister, lequel est désigné par l’assemblée de l’état ou de la région. Chaque état et région a sa propre assemblée dont le nombre de membres varie selon la densité de la population. En dehors des 25% des sièges réservés aux militaires, les représentants sont élus pour cinq ans au suffrage universel direct. Ces 14 assemblées comptent au total 883 représentants. Elles n’ont en fait que peu de pouvoir.

Le système législatif à deux chambres : une chambre basse (Pyithu Hluttaw) (notre assemblée nationale) et une chambre haute (Amyotha Hluttaw) (notre sénat).
Chaque Assemblée élit un président (speaker) ; pour la chambre haute, U Khin Aung Myint, et pour la Chambre basse, actuellement Thura Shwe Mann.

Le système judiciaire : au plus haut niveau, la cour suprême, dirigée par le chief of justice nommé par le Président et comprenant entre 7 et 11 juges. Localement, 14 hautes cours  auxquelles sont subordonnés les tribunaux de cantons
La constitution de 2008 crée un tribunal constitutionnel, formé de 9 juges choisis par le Président et les deux speakers, responsable de l’interprétation de la Constitution et de la conformité des lois. En septembre 2012, les 9 juges de la Cour constitutionnelle ont été destitués par un vote de la chambre basse du Parlement pour avoir remis en cause  les pouvoirs des comités parlementaires, dévoilant un bras de fer entre le président Thein Sein et Shwe Mann, le président de la chambre basse.