Rangoon, le delta

 

Shwedagon

Shwedagon. Photo Marchés d’Asie.

Partie la veille à 13 heures de Paris, je débarquais en milieu de matinée à Rangoon. De longues files se sont formées devant les comptoirs de l’immigration. Les contrôles prennent du temps. Derrière la vitre, les Birmans venus chercher un parent se pressent. Puis il faut passer le contrôle du change, récupérer les bagages, passer la douane, et nous voilà dans le hall.

Les chauffeurs de taxi se pressent, et un porteur prend mes valises en me proposant son frère comme chauffeur pour m’emmener à mon hôtel, dans le quartier de Sulé. Je monte dans la vieille voiture. Le chauffeur, avec un sourire, vient fermer ma portière qu’il faut manœuvrer de l’extérieur, et bloquer avec un crochet. « Je te connais, je t’ai emmenée une fois. Veux-tu voir les éléphants blancs ? C’est aujourd’hui une grande fête et Numéro trois s’est déplacé pour l’occasion »… Un peu endormie de cette nuit sans sommeil, je me laisse emmener vers ces trésors nationaux que sont ces éléphants blancs, décidée à profiter de toutes les occasions…

C’est comme ça que je découvre le pays, par des propositions inattendues… Dès mon arrivée, je me mets à la mode birmane, ne regarde plus l’heure, me laisse porter. J’aime Rangoon, j’y connais bien des gens : petits artisans, commerçants, serveurs…, je connais ses parcs, et bien des rues du centre, les boutiques des brocanteurs, les petits métiers de la ville : vendeurs de journaux, couseurs de livres, rapeur de gingembre, vendeurs de graines pour les oiseaux, d’eau filtrée au-dessus d’un morceau de tissu, vendeurs de pierres, découpeurs de publicités…

Mais le delta, si proche, de l’autre côté du fleuve, reste difficile d’accès, sans infrastructures, inondé en partie pendant la mousson. Il faut parfois attendre la marée, sauter dans un bateau pour atteindre un village…

Thanlyin, de l’autre côté du delta, permet de traverser la zone industrielle. La zone est aussi rizicole ; on y trouve aussi une université réservée aux personnes issues de groupes ethniques, non Birmans mais bouddhistes seulement. Les étudiants sont rémunérés pendant leurs études. Joli village de Kyauk Tan, accès par Tanlyin. Prendre le bus à l’angle de Mahabandoola et Konzaydan jusqu’à Yuzana shopping center. Sur le côté, passer le pont et prendre une camionnette qui mène directement en une heure à Kyauk Tan. Belle ballade