Chronologie

Principaux événements à partir de 1945

 

 1947 Accord Attlee-Aung San et conférence de Panglong.19 juillet : assassinat d’Aung San et de 6 dirigeants.
 1948 4 janvier : indépendance de la Birmanie. U Nu est Premier ministre.
5 janvier : l’État Karen se proclame État indépendant du Kawtholei. Le Burmese Communist Party (BCP) entre en rébellion. Mutinerie dans l’armée birmane. Une partie du Kuomintang, se replie en Birmanie.
En septembre est proclamé l’État islamique libre d’Akyab.
Décembre: assassinat de 80 Karen à Myeik, puis de milliers d’autres Karen. Le 31 janvier, la KNU (KNDO) prend le contrôle d’Insein. Démission en masse des Karen de l’armée.
 1949 Ne Win devient Vice-Premier Ministre. La KNDO  (Karen Democratic National Organization) est déclarée illégale. Le Général Smith Dun (Karen) Commandant les forces armées birmanes est remplacé par Ne Win.
 1950 Les Moujahids  prennent le Nord de l’Arakan.
 1953 La Birmanie refuse l’aide américaine tant que le Kuomintang soutenu par les USA sera en territoire birman.
 1954 Opération « Bayinnaung » : le Q.G. des forces Kuomintang à Monghsat est détruit.
 1957 Formation du Shan State Unity Party.
 1958 Scission entre la Clean AFPFL dirigée par U Nu et la Stable AFPFL de Ba Swe et Kyaw Nyein.
U Nu, Premier ministre, démissionne ; Ne Win prend le pouvoir en octobre.
Formation de la Shan State Independence Army.
 1959 Février : Ne Win devient  Premier ministre. Avril : abandon par les Sawbwas de leurs droits spéciaux.
 1960 U Nu gagne les élections mais les désordres reprennent. Le bouddhisme est proclamé religion d’État, jusqu’en 1961.
 1962 2 mars : coup d’état mené par Ne Win ; suspension de la constitution, dissolution des 2 chambres. Remplacement du parlement par un Conseil révolutionnaire (15 membres dont 11 militaires). U Nu, Premier ministre est emprisonné.
 1963 Avril : offre d’amnistie aux rebelles. Échec des négociations avec les « Drapeaux rouges », le BCP et la Kachin Independence Army. Décembre : échec des négociations avec les Shans.
 1964 Le Burmese Socialist Program Party (BSPP) devient parti unique.
17 mai 1964 : première démonétisation, suppression des billets de 50 et 100 kyats.
 1965 Formation du Karen National Liberation Council.
 1966 Nationalisations des entreprises et des commerces favorisant le marché noir. U Nu part en Thaïlande
 1967 Émeutes anti-chinoises. 250 000 personnes, indiennes ou chinoises, quittent le pays. Tensions entre la Birmanie et la Chine. Opérations de l’armée birmane contre les communistes « Drapeau rouge ». Les rébellions communistes, Karen, Karenni, Kachin et Shan se réveillent.
1968 Répression des manifestations étudiantes. Offensive de l’armée birmane contre le BCP du Yoma ; Bo Zeya est tué. L’armée Birmane détruit le Q.G. du BCP dans le Pegu Yoma.
 1969 U Nu crée à Bangkok le Parti pour la démocratie parlementaire. Opérations contre les forces du KNUP.

 

1970 Mai : signature d’un pacte entre le PDP et la KNU.
Juin : formation du United National Liberation Front par U Nu et les rebelles Karens et Môns.
1971 Mars : Ne Win va à Pékin, n’obtient pas la fin du soutien chinois au BCP. Progression des forces du BCP.
Août : échec de l’offensive du BCP, rupture avec la Shan State Army.
Décembre : début de l’offensive Birmane contre les Karens.
1972 Mars : rédaction du projet de constitution.
Visite de Ne Win à Pékin et normalisation des relations avec la Chine. Ne Win quitte l’armée.
1973 Adoption de la constitution engageant le pays dans la voie socialiste.
Juillet : nouveau voyage de Ne Win à Pékin. U Nu visite Bangkok puis les Etats-Unis.
Décembre : référendum sur la constitution (1 urne blanche pour le oui, 1 noire pour le non) ; grèves et répression.
1974 janvier : la Birmanie devient République Socialiste de l’Union Birmane.
Grève des ouvriers à Chauk. La KNU se retire de l’UNLF (United National Liberation Front).
Juin : insurrections et répression. À Sittwe, grève des dockers refusant l’exportation du riz alors que la population souffre de pénurie. Proclamation de l’état d’urgence.
Juillet : formation du United National Liberation Front. Septembre : attaque de Myawaddy par la KNU et du PDP.
À Kengtung,  la Shan State Army se rapproche du BCP.
25 novembre : mort de U Thant, ex-Secrétaire général de l’ONU, manifestations et répression. Proclamation de la loi martiale.
 1975 Mars : le président et le secrétaire du PCB, Takhin Zit et Thakin Chit, sont tués par l’armée birmane. Les minorités en rébellion s’unissent en un National Democratic Front (NDF). Juin : nouvelles manifestations.
 1976 28 avril : réunion des rébellions ethniques. 1er Juillet : complot contre Ne Win.
 1977 Mai : offre d’amnistie aux rebelles. Contre-offensive du BCP dans l’État Shan. Septembre : complots contre Ne Win. U Nu et le PDP-PPP se rallient au gouvernement.
14 novembre : congrès extraordinaire du BSPP, purge. Opération militaire birmane contre les Karens.
 1978 La Birmanie se retire du Mouvement des non-alignés.
 1980 Janvier : offensive de l’armée birmane contre les rebelles Shans, Karens, Môns. Échec des négociations.
 1981 Octobre : élections des 475 candidats du parti unique, le BSPP. Démission de Ne Win du poste de Président de la République. Le 9 novembre, le Général San Yu devient Président de la République.
1985 2e démonétisation, billets échangeables à hauteur de 5000 kyats par personne, et au-delà, à 50% de la valeur..
 1988 22 juillet : après 6 jours d’émeutes à Prome, proclamation de la loi martiale.
Ne Win démissionne le 25 juillet, remplacé par Sein Lwin. 8 août : manifestations violemment  réprimées.
Maung Maung devient Président de la République.
15 septembre : le BSPP est dissout. Abrogation de la constitution de 1974. Coup d’état du Gl Saw Maung, Ministre de la Défense qui fait un millier de victimes. Remplacement du Conseil Militaire par le State Law and Order Restoration Council (SLORC). Proclamation de l’état de siège, annonce d’élections.
5 septembre 3e démonétisation des billets de 25, 35 et 75 Kyats sans compensation.
Fondation de la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND) par Aung San Suu Kyi, Tin Oo et Aung Gyi.
Visite du Gal Chaovalit Yongchaiyudh, Chef de l’armée thaï : 25 licences d’exploitation sont signées.
1989 La Birmanie devient Union du Myanmar.
19 juillet : Aung San Suu Kyi est placée en résidence surveillée.
Fin du soutien de la Chine au BCP qui signe un cessez-le-feu avec le SLORC.
Soulèvement de la FREK contre le BCP devenant l’Armée Nationale Démocratique du Kokang (ANDK).
La 12e brigade Wa s’insurge contre le BCP, devient l’Armée des États unifiés Wa (AEUW).Accord de cessez-le-feu avec le Myanmar National Democratic Alliance Army, l’United Wa State Party, la National Democratic Alliance Party,  la Shan State Army, la New Democratic Army (Kachin).
Aung San Suu Kyi reçoit le prix Nobel de la Paix et le prix Sakharov.
1990  27 mai : premières élections depuis 1960. La junte garde la pouvoir. Départ de milliers de réfugiés.
28 mai : déplacement des habitants de Bagan.
Octobre : la junte fait arrêter les dirigeants et une centaine de députés de la NLD.
1991 Sanctions économiques du gouvernement américain contre la Birmanie.
Accord de cessez-le-feu avec la Kachin Defense Army, la Pao National Organisation, la Palaung State Liberation Party. Le SLORC annonce la réunion d’une Convention nationale en vue de la rédaction d’une constitution.
1992 5 janvier : le Bangladesh est en état d’alerte face à la Birmanie qui a massé des troupes à la frontière.
Accord de cessez-le-feu avec la Kayah National Guard.
29 février : 13 musulmans sont tués dans l’Arakan.
La Birmanie est condamnée par l’ONU pour sa répression des guérillas ethniques. Le 4 avril, l’ONU demande une intervention en faveur des Rohynga.
23 avril : le Général Saw Maung, est remplacé à la tête de l’état par le Général Than Shwe. Libération de 20 prisonniers politiques, dont U Nu. Aung San Suu Kyi reçoit sa famille. 26 septembre : levée de la loi martiale.
1993 Janvier : réunion de la Convention nationale.20 juillet : Aung San Suu Kyi est assignée à résidence et refuse l’offre de quitter le pays. 15 Septembre : création de l’USDA (Unity, Solidarity and Development Association) organisation de masse du gouvernement.
1994 5 avril : négociations avec la KNU.
20 septembre : Aung San Suu Kyi reçoit des représentants de la junte.
Accord de cessez-le-feu avec la Kachin Independance Organisation, le Karenni States Nationalities Liberation Front,  le Kayan New Land Party, la Shan State Nationalities Liberation Organisation.
Visite du Premier ministre chinois Li Peng ; soutien total de la Chine au régime birman.
1995 Février : signature avec la Thaïlande, d’un contrat relatif à la construction d’un gazoduc à Yadana.
Mort de U Nu, rentré d’exil en 1980.
Accord de cessez-le-feu avec le New Mon State Party, la Democratic Karen Buddhist Army, la Mongko Region Defense Army (Kokang), la Shan State National Army.
26 janvier : chute de Manerplaw, QG de la guérilla Karen ; démarrage d’une « guérilla mobile ».
10 juillet : libération d’Aung San Suu Kyi qui lance un appel au dialogue.
Fin décembre : reddition de Khun Sa contre l’impunité et la garantie qu’il ne sera pas extradé.
30 novembre : le SLORC expulse de la Convention nationale 86 délégués de la LND.
1996 9 juin : la LND se réunit en congrès.
24 juin : mort en prison de J.L. Nichols, représentant consulaire Suisse, arrêté pour l’utilisation d’un fax.
Accord de cessez-le-feu avec la Mong Taï Army, la Karenni National Defense Army.
20 juillet : l’ASEAN accorde un statut d’observateur à la Birmanie.
24 octobre : Aung San Suu Kyi est placée en résidence surveillée.
1997 Février : l’armée birmane pousse en Thaïlande des milliers de réfugiés Karens.
Limogeage de plusieurs haut-gradés du SLORC en raison de leur pouvoir grandissant. Le SLORC devient le State Peace and Development Council (SPDC), présidé par Than Shwe. Le pouvoir est concentré en 3 personnes.
27 septembre : congrès de la LND à Rangoon.
Accord de cessez-le-feu avec la Karen Peace Force, le Communist Party of Burma (Arakan), la Merguei Mon Army.
Autorisation à Aung San Suu Kyi de recevoir ses partisans et des diplomates étrangers.
Admission de la Birmanie au sein de l’ASEAN, Association for South East Asian Nations.
 1998 24 août : Manifestations  à Rangoon.6 septembre : la junte arrête 110 membres de la LND.
1999 Mai : diffusion d’un rapport de l’O.I.T. affirmant que 800 000 Birmans sont soumis au travail forcé.
2000 Septembre : Aung San Suu Kyi est placée de nouveau en résidence surveillée.
2001 26 janvier : mission d’information européenne et libération de 81 prisonniers politiques.
2002 Mai : libération d’Aung San Suu Kyi.Novembre : libération d’une centaine d’opposants.5 décembre : mort de Ne Win.
2003 30 mai : embuscade à Depayin du convoi d’Aung San Suu Kyi faisant une centaine de morts.
Aung San Suu Kyi est placée en résidence surveillée, son adjoint, Tin Oo, emprisonné.
Août : Le général Khin Nyunt, devient Premier ministre et reste le chef des services secrets.
2004 Mars : le vice-Premier ministre chinois Wu Yi signe 24 accords de coopération technique et économique.
Mai : la convention nationale chargée de rédiger la constitution reprend ses travaux.
USA, ONU et Union européenne prolongent l’embargo. Refus de visa birman aux envoyés de l’ONU.
18 octobre : Khin Nyunt, est limogé pour corruption, les services de renseignements démantelés.
28 novembre: à la veille du sommet de l’ASEAN, libération de neuf mille prisonniers.
2005 Janvier : libération de 5 700 prisonniers pour le 57e anniversaire de l’indépendance.
Février : reprise de la convention nationale, boycottée par la LND.
Polémique sur la présence de Total au Birmanie, menée par des ONG anglaises.
31 mars : suspension des travaux de la Convention nationale.
7 mai : triple attentat à la bombe à Rangoon : 19 tués et 59 blessés.
En juillet, Khin Nyunt est condamné pour corruption à 44 ans de prison, ses deux fils à 51 et 68 ans.
Octobre : l’ONG Britannique Global Witness dénonce l’exploitation de la forêt birmane.
4 novembre : transfert de la capitale à Pyinmana, à 300 km au nord de la capitale.
28 novembre : maintien en résidence surveillée d’Aung San Suu Kyi pour 6 mois.
Reprise des travaux de la convention nationale.
29 novembre : Total choisit d’indemniser les Birmans ayant porté plainte pour  travail forcé à Yadana.
12 décembre : l’ASEAN réclame une évolution vers la démocratie.
Augmentation des prix du fuel.
2006 La Convention nationale se poursuit sans la LND, la Shan Nationalities League for Democracy ni la KNU. Augmentation des salaires des fonctionnaires. Pas d’augmentations dans le privé.
Déficit budgétaire accentué par la construction et le déplacement de la capitale à Naypidaw.
L’UWSA met en place une production d’armes à Kunma, ville natale de Bao You-xiang, Président de l’UWSA.
2007 15 janvier : veto de la Chine et de la Russie à une résolution de l’ONU portant sur les droits de l’homme.
Avril : restauration des relations diplomatiques avec la Corée du Nord.
15 août: augmentation du prix des carburants, entrainant le doublement des tarifs des transports. Manifestations de moines à Pakkoku.
19 août : manifestations à Rangoun, le 28 août à Sittwe.19 septembre : les manifestations s’étendent.
24 septembre : 100 000 manifestants à Rangoon. 26 septembre : répression, faisant des centaines de morts et 700 arrestations.5 généraux et 400 soldats sont arrêtés pour avoir refusé de tirer, démission de l’Ambassadeur de Birmanie Yen Min Tun à Londres.
Le Lieutenant Gal Thein Sein devient Premier Ministre. Famine dans l’Etat Chin.
2008 2-3 mai  : le cyclone Nargis touche la Birmanie, faisant 140 000 morts  et 2,5 millions sans-abris.
Adoption par referendum du projet de constitution par 92 % des suffrages exprimés.
Changement de 7 Commandants de régions, déploiement de 187 bataillons dans l’État Karen, reprise des offensives.
La LND fait connaitre ses conditions à sa participation aux élections : libération des prisonniers politiques, amendement à la constitution et des observateurs internationaux pendant les élections.
Expulsion par la Thaïlande de réfugiés Rohynga.
Mai : arrestation et procès d’Aung San Suu Kyi, condamnation à 18 mois de résidence surveillée.
Décembre : organisation par ESCAP (United Nations Economic and social Commission for Asia and Pacific) d’un séminaire à Naypidaw avec Joseph Stiglitz.
Annonce de la libération d’Aung San Suu Kyi après les élections.3 visites en Chine de Shwe Mann, N°3 du régime.
 2009 Démarrage du projet de pipeline et de gazoduc entre Sittwe en Arakan et la province du Yunnan en Chine et de la construction de réservoirs de stockage à Kyaukpyu permettant d’éviter le détroit de Malacca. On estime que ce projet apportera au gouvernement birman environ US $ 56 milliards sur 30 ans.
Ultimatum pour que les groupes armés rejoignent la force nationale des frontières gouvernementale. Refus  du Kokang, suivi d’une offensive menant à la fuite de 30 000 personne en Chine en août. L’armée birmane prend le contrôle du Kokang.
17 septembre : 7 114 prisonniers sont libérés, dont 128 prisonniers politiques les 2 211 recensés en Birmanie.
 2010 Tin Oo, numéro deux de la LND, est libéré après 7 ans de prison.Mai : dissolution de la LND.7 novembre : élections du parlement (2 chambres) et des 14 assemblées de régions.13 novembre : libération d’Aung San Suu Kyi.
 2011

Création du Myanmar Peace Center (MPC) début 2011, à la fois pour mener des recherches et donner un lieu de rencontre aux groupes armés et au gouvernement.

13 mars et 6 avril : offensive  contre le QG de la Shan State Army (SSA) à Wan Hai.
30 mars : Thein Sein est nommé Président,Tin Aung Myint Oo et Sai Mauk Kham Vice-présidents.
13 avril : l’Union européenne allège les sanctions suspendant les gels d’avoirs et de visa.
29 juin : le gouvernement demande à Aung San Suu Kyi de cesser ses activités politiques.
Offensive majeure dans l’Etat Kachin malgré le  cessez-le-feu. 60 000 personnes sont déplacées.
28 juillet : le Ministre du Travail Aung Kyi presse Aung San Suu Kyi de légaliser la LND.
3 août : Aung San Suu Kyi est invitée par le gouvernement à un séminaire sur la lutte contre la pauvreté.
Offensive de l’armée dans le Sud de l’État Karen.
22 Juillet : négociations entre le gouvernement et la Kachin Independence Organization (KIO).
22 juillet : 5 Généraux suspectés de corruption et d’abus de pouvoir font l’objet d’une enquête.
Aout : rencontre entre Aung San Suu Kyi et le gouvernement puis avec l’envoyé des Nations-Unies.
5 septembre : création de la MNHRC (Myanmar National Human Rights Commission)13 septembre : le gouvernement demande l’aide du FMI pour une réforme du système de change.
Offensive contre la KIA. Le QG de la 4e brigade de la KIA à Loikang tombe le 27 septembre.
28 septembre : négociation entre Karen National Union (KNU) et le gouvernement.
Octobre à Lashio, négociation entre le gouvernement et l’United Wa State Army (UWSA).
3 Novembre 2011 : accord de cessez-le-feu conclu entre le Klo Htoo Baw (anciennement DBKA).
15 novembre : l’ASEAN donne son accord pour une présidence de la Birmanie en 2014.
23 décembre : enregistrement de la LND en tant que parti politique.
29 décembre : l’armée birmane prend la base de la KIO à Mong Tong sur le trajet du gazoduc.
Négociations avec les Wa (28 décembre “Wa” Special Region 2) à Pansang.

 2012 12 janvier : Accord de cessez-le-feu entre la Karen National Union (KNU).
13 janvier : libération de Min Ko Naing, Ko Ko Gyi, leaders de la “génération de 88”.
Doublement du prix de l’électricité, passant de 25 à 50 Kyats pour les particuliers (50 à 100 Kyats pour les sociétés).
Annulation par le Japon d’une dette de 3,58 milliards de $.
Mars : 200 acres de terrains saisies dans l’Etat Shan (mine de platine) et 7 800 acres à Salingui.

MPSSI Myanmar Peace support initiative en mars 2012 avec l’objectif de porter assistance aux personnes résidant dans une zone de les régions isolées (scolarisation, santé, papiers d’identité ainsi que l’aide aux personnes en zones de conflit. Le MPSI a un partenariat avec 7 groupes armés ethniues.
Augmentation des fonctionnaires : prime de 30 000 Kyats quel que soit le niveau.
1er avril : Elections pour 48 sièges  laissés vacants par les élus en 2010 ayant rejoint l’exécutif. Aung San Suu Kyi est élue, refuse de prêter serment sur la constitution « écrite par et pour les militaires ».
La Banque centrale autorise 11 banques locales à ouvrir des comptes en devises étrangères.
En avril 2012, l’Europe suspend les sanctions économiques, seul l’embargo sur les armes restant en place.
Mai : violences en Arakan. L’état d’urgence est décrété en Arakan.
Signature d’un prêt par le Japon de 504 millions de $ et annulation de la dette de 1,75 milliards.
Juillet : refus du gouvernement de reconnaitre les Rohyinga comme un groupe ethnique.
Août : création d’une une commission d’enquête sur les violences commises en Arakan en mars 2012, faisant 192 morts, 256 blessés et 100 000 personnes déplacées.
Septembre : modification du système de change, adoption d’un taux flottant  860 Kyats pour 1 $.
Loi sur les investissements étrangers : minimum de US $ 5 millions et maximum de 49 % du capital.
Voyage aux USA du Président Thein Sein qui participe à une séance de l’ONU.Septembre : les 9 juges de la Cour constitutionnelle sont destitués pour avoir remis en cause les pouvoirs des comités parlementaires.
Novembre : manifestations à Monywa contre le projet d’extraction du cuivre.
Démenti du gouvernement sur un programme nucléaire avec la Corée du Nord, alors que des rapports font état d’expédition de matériel destiné à l’enrichissement de l’uranium par la Chine.
19 novembre: visite en Birmanie du Président Obama.
Retour de la Banque Mondiale après 20 ans d’absence.
21 décembre  attaque d’un train par la KIO entre Mandalay et Mytkyna ; les combats font 70 000 réfugiés.
22 décembre : voyage de Thein Sein en Inde, 4e partenaire économique.
La KNU élit son secrétaire général, le Général Saw Johnny et signe en janvier un cessez-le-feu.

La Vacant, Fallow and Virgin Land Law de 2012 favorise les expropriations dans le cas de projets de développement et permet au gouvernement de délocaliser des villageois pour attribuer des terrains à des intérêts privés et des investisseurs étrangers.

 2013 25 février : le Trésor américain lève les sanctions qui frappaient 4 banques au Myanmar.
Visite du Rapporteur spécial de l’ONU, Ojéo Quintana ; confirmation de détentions arbitraires et tortures envers des Kachin qui souligne le fossé entre les réformes annoncées et la mise en œuvre sur le terrain.
Mars : émeutes à Meiktila au moins 20 tués. Les émeutes s’étendent à Bago, puis Lashio.
Accord de l’USDP pour amender  la constitution sur l’impossibilité de toute personne mariée à un étranger d’accéder au poste de Président et sur le fait de garder 1/4 des sièges pour les militaires.
Autorisation à la parution de journaux quotidiens privés, interdite depuis 50 ans.
Avril : offensive contre la SSA-North et les rebelles Kachin dans le Nord de l’Etat Shan. Des  hélicoptères de combat Mi-17 sont vendus par la Chine à l’armée Wa.
Levée des sanctions de l’Union européenne ; maintien de l’embargo sur les armes.
Mai : Signature d’un accord préliminaire entre le gouvernement et la KIO (pas de cessez-le-feu).
Aung San Suu Kyi demande une révision de la loi sur la nationalité de 1982.
Septembre : nouvelle loi anti-corruption demandant la déclaration des biens pour tous les militaires et fonctionnaires
Retour de la Banque Mondiale après 20 ans d’absence ;  prêt de US $80 millions pour l’amélioration des conditions de vie en milieu rural. Un autre de US $ 5 millions pour les communautés touchées par les conflits.
11 septembre : signature d’un accord antre bouddhistes et musulmans Birmans.
2014 février : Médecins sans frontières et Malteser International sont sommés de suspendre leurs activités.
mars : lancement du recensement , le premier depuis 1983 : population de 51 millions d’habitants.
Election le 27 décembre des 4 membres de YCDC, Yangon City Developpment Committee. 4 autres membres non élus sont nommés par le gouvernement régional.

2015

 

8 novembre : élections générales

Mardi 15 mars, le parlement désigne par 360 voix sur 652 députés Htin Kyaw, proche de Aung San Suu Kyi, comme nouveau président, premier président civil du pays.

2016 Mardi 15 mars, le parlement désigne par 360 voix sur 652 députés Htin Kyaw, proche de Aung San Suu Kyi, comme nouveau président, premier président civil du pays.