Savoir-vivre et produits de beauté…

Le sourire de la vendeuse. Photo Marchés d’Asie.

Une foule de gestes ou de paroles rythment la vie des Birmans… qui parfois, nous semblent étranges…

Comme dans d’autres pays d’Asie, il n’est pas bien vu de montrer ce que l’on ressent.

Une femme birmane marche dans la rue juste derrière son mari, non pas qu’elle soit inférieure, mais plutôt pour ne pas lui faire ombrage. Une jeune fille doit être vigilante à ne poser aucun de ses vêtements sur le lit d’un homme. Le linge du chef de famille sèchera plus haut que celui des autres. Tout un tas de gestes à éviter pour ne pas se faire regarder de travers !

Il faut aussi enlever ses chaussures en entrant dans une maison ou une boutique, s’assoir par terre les jambes repliées sur le côté, jamais devant, ne pas toucher la tête d’un enfant… Enfin, avant toute décision importante : un voyage par exemple, on consulte les parents ou grands-parents pour la date. Après s’être prosterné à trois reprises, ils donneront leurs conseils et termineront par ces recommandations « Ne t’égare pas, ne trébuche pas, ne te fais pas piquer par les épines et évite tout danger ! »

En présence d’un moine, c’est tout un vocabulaire particulier qu’il faut employer, ne pas tendre une donation directement. Mais ce ne sont là que quelques exemples…

 

Et produits de beauté

MarchéVendeuse au marché de Meiktila. Photo Marchés d’Asie.

Les birmanes lavent leurs longs cheveux avec un shampoing fait de gousses d’acacia bouillies que l’on trouve à acheter tout prêt dans un sachet plastique au marché. Après les avoir peignés, elles y mettent des fleurs fraiches, vendues dès le lever du jour.

Autrefois, à la cour, les femmes dressaient des coiffures élaborées avec leurs très longs cheveux. Le Musée de Sittwe présente 72 de ces coiffures complexes.

Mais le produit incontournable, utilisé par toute la famille, c’est le tanaka, Limonia acidissima, qui provient d’un arbuste de la région de Bagan. On l’achète en tronçon que l’on râpe sur une pierre. On y ajoute un peu d’eau puis on s’en enduit le corps et le visage. Ensuite, avec une petite brosse, les femmes et les enfants en appliquent une couche plus épaisse sur les joues et dessinent selon leur inspiration un petit motif.